Archives

Tous les articles publiés par Olivier Jouanlong-Bernadou

Le télescope James Webb Space Telescope (JWST), affectueusement appelé « le Webb », partira de la Terre au printemps 2019 grâce à un lanceur Ariane 5, pour prendre la succession du télescope Hubble.  Initialement prévu courant 2018, et suite à des problèmes techniques et de s’assurer du bon déroulement de tous les tests cryogéniques, JW sera installé au point de Lagrange L2, situé à 1,5 million de kilomètres de notre Planète, soit environ quatre fois plus loin que la Lune. Cette région de l’espace n’a évidemment pas été choisie au hasard. C’est un promontoire exceptionnel pour observer l’espace lointain, à l’écart du Soleil et de la Terre, qui doit permettre au Webb d’atteindre des objectifs scientifiques très ambitieux.

À cette distance, le télescope de 6,5m et les quatre instruments de l’observatoire, à l’ombre d’un bouclier thermique, fonctionneront en permanence à -253 °C, une température proche du zéro absolu, fixé à -273,15 °C. Avant le lancement, il était donc nécessaire de tester le satellite au sol en recréant les conditions environnementales glaciales que le Webb subira dans l’espace. Ces tests cryogéniques ont été réalisés au Centre spatial Johnson, de la Nasa, à Houston, aux États-Unis, à l’intérieur de la plus grande cuve cryogénique du monde. Ils sont aujourd’hui terminés.

Pendant près de 100 jours, des équipes d’ingénieurs et de scientifiques des États-Unis, d’Europe et du Canada (dont les trois agences sont partenaires sur le programme) se sont relayées pour tester le télescope et les instruments du JWST (l’ensemble étant appelé Otis) ; ceux-ci ont été installés dans cette cuve, dont la température a été progressivement abaissée jusqu’à -253 °C.

(article futura-sciences du 24/11/2017)

Mais voyez plutôt au travers de ce time-lapse:

 

 

C’est durant une phase de plusieurs jours (environ 30) que ce dernier sera déployé en plusieurs étapes avant de prendre position définitive à son point de Lagrange L2.

 

 

L’observatoire James-Webb en résumé:

  • Sera situé à 1,5 million de kilomètres de la Terre
  • Sa définition est telle qu’il pourrait voir un bourdon se poser sur la Lune
  • Il est équipé de quatre instruments différents
  • Pourra observer jusqu’à 300 millions d’années après le Big Bang
  • Aura une durée de vie d’au moins dix ans
  • Fonctionnera dans un environnement très froid, d’environ à -253°
  • Son miroir principal de 6m50 est constitué de 18 segments s’ajustant parfaitement bien les uns aux autres
  • Un budget initial de 4 milliards de $ explosé à 9 milliards de $ aujourd’hui

Meilleurs voeux étoilés pour cette année 2018

L’équipe du LCEAV ©

Bien évidemment, les températures de l’été permettent de belles et longues veillées d’astronomie.

2016-07-09 21.33.29-1 Encore et en cette période estivale, l’association a organisé deux soirées dans un cadre privé et loin de toute pollution lumineuse.

De 7 à 77 ans, petits et grands étaient comblés par nos narrateurs intarissables sur la mythologie et rassasiés par un lunch/BBQ organisé par LCEAV pour ses invités.

2016-07-09 21.33.09

 

Le but, nous vous le rappelons n’est pas d’assommer et de saouler les gens d’une science parfois indigeste par sa lourdeur mathématique, mais de les faire voyager dans l’Univers d’un rêve étoilé.

A partir de cette condition, nous pourrons de manière ludique et vulgarisée y intégrer des composantes scientifiques.

2016-07-09 22.19.33

Aussi, lors d’une veillée, beaucoup de personnes découvriront pour la première fois la sensation grandiose d’observer Saturne, Jupiter et Mars pour la première fois au télescope ou encore à la lunette.

Nous intégrons en plus de ces visuels, une retransmission vidéo en direct de certains astres du soir sur écran géant, le but étant de faire une différence entre ce que l’œil perçoit réellement et de par la grande sensibilité des capteurs électroniques (caméras) au foyer d’un télescope.

Ce soir là ce fût la Lune avec ses trois mers mythiques « Sérénité, Fécondité et Tranquillité », quel spectacle !!!.

2016-07-09 19.49.382016-07-09 22.20.35

 

 

 

 

 

 

Si la découverte de l’astronomie vous intéresse et êtes désireux de passer une agréable soirée, n’hésitez surtout pas à nous contacter, nous nous ferons un plaisir à étudier toutes propositions…

Astronomiquement vôtre.

L’équipe du LCEAV ©

 

C’est la troisième fois que Le Ciel Est A Vous intervient dans une école primaire de la région Paloise.

Eden 1

Bien évidemment, la manière d’intervenir dans une école primaire, dépend du cycle mais aussi de la classe. Forcément la pédagogie reste de mise et il est très important de faire attention à la durée de l’intervention en fonction de l’âge des enfants.

Ces derniers peuvent très vite décrocher et se lasser. Donc, une alternance s’impose dans les ateliers même si cela ne dure qu’une demi-journée.

Sur cette rencontre avec les élèves d’une classe de CE2, le cours dispensé par notre président s’est orienté uniquement sur le système solaire, bien assez grand pour débuter comme terrain de jeu.

Avec l’appui d’un tableau numérique, nous avons concocté un diaporama très ludique et surtout interactif avec les enfants. A la fin de celui-ci, un quiz s’imposait et à notre grand étonnement, cette classe ce jour là nous fit un beau 100% de réussite aux questions.

Eden  2

 

Mais même à cet âge là,  2 heures de cours théorique est la limite à ne pas dépasser. Nous nous sommes dirigés alors sous le préau pour mettre en création tout le système solaire. Cette manière ludique liée au mouvement de chaque personne et représentant un objet céleste, permet d’appréhender et d’intégrer beaucoup plus facilement les mouvements synodiques des planètes et autres corps astraux du système.

–> Sens de rotation des planètes
–> Situation et position de ces dernières par rapport au soleil
–> Vitesse de révolution autour de l’étoile
–> Matérialisation de la ceinture d’astéroïdes par une longue chaine d’élèves

Enfin et après une bonne dépense physique de chaque enfant dans cet exercice, la fin du cours arriva et ces derniers, maîtresse incluse se virent remis un joli support de cours synthétisant l’intervention.

Dans ce support, un petit bonus leur indiqua comment savoir bien préparer une veillée aux étoiles en compagnie de papa et maman, car l’été approchant, ils avaient tous hâtes de dispenser à leur tour ce joli et précieux savoir astronomique.

L’équipe du LCEAV © vous souhaite un bel été sous les étoiles.

A l’horizon 2024 un nouveau télescope devrait recevoir sa première lumière au Chili exploité par l’ESO (European Southern Observatory).

Jusqu’ici rien de bien extraordinaire, mais ce petit nouveau, pardon « géant » révolutionnera de nouveau le monde de l’astronomie.

Tout d’abord l’E-ELT (European Extremely Large Telescope) aura des mensurations et qualités optiques hors normes:

  •  39m de diamètre pour le miroir primaire qui lui-même se décomposera en 798 segments hexagonaux de 1m40
  •  Ensemble optique constitué de 3 miroirs (M1 primaire 39m,  M2 secondaire 4m et le M3 tertiaire 3,75m)
  •  Une optique adaptative avec un miroir M4 de 2m60
  •  6 guides laser d’étoiles
  •  Un poids total de plus de 2700 tonnes
  •  Une coupole hémisphérique d’un diamètre de 86m pouvant loger un stade de football
  •  Il recevra 15 fois plus de lumière que le télescope le plus puissant actuel sur Terre
  •  La résolution sera 15 fois plus élevée que le télescope Hubble lui-même situé en orbite Terrestre
  •  Son optique adaptative corrigera plus de 1000 fois par seconde son image déformée par les turbulences atmosphériques

Suite

Ce mois-ci, j’ai souhaité vous présenter l’association LCEAV (acronyme du « Le Ciel Est A Vous ») plus en détail.

 IMG_5575 Fêtant ses quatre ans d’existence, LCEAV fait parti maintenant intégrante du paysage local et régional, non pas par sa taille et le nombre de ses membres, mais par la qualité de ses prestations astronomiques.
Les activités proposées permettent de :

  • Découvrir
  • Contempler
  • S’amuser
  • Progresser
  • Partager
  • Apprendre
IMG_2099
 IMG_3931

L’accès aux merveilles de notre Univers, vous sont proposées par différents supports dans une approche de médiation scientifique, tout en restant ludique pour les 7 à 77 ans et de manière conviviale…

Ses supports sont:

  • Audiovisuels
  • Sonores
  • Mythologiques
  • Scientifiques
  • Culturels
  • Techniques
  • Pédagogiques
  • Optiques
C3P1R2

Suite

is_planet_9_art_1_1400Si il y avait moult spéculations sur l’existence d’une 9ème planète au delà de Neptune (découverte en 1846), celle-ci a porté bien des noms comme la « planète Neuf « ou « planète X » ou encore « Nibiru ».

Puis fût découverte en 1930, la planète Pluton et rétrogradée comme planète naine en 2006. Aux oubliettes donc la recherche de la « Planète Neuf » durant cette période, qui ne faisait plus la une des médias…

Sauf que, récemment Mike Brown et Konstantin Batygin (astrophysiciens) ont eu l’idée d’intégrer dans INFOP (programme numérique et simulateur de notre système solaire Européen) cette neuvième planète et savent que mathématiquement parlant, elle existe et ont même localisé une portion du ciel qui se situerait à plus de 600 UA (Unité Astronomique) de notre Soleil. Parallèlement et grâce à la sonde Cassini en orbite de la géante gazeuse Saturne, puis croisant les informations de la sonde et de la simulation, plus de 50 % du ciel sont écartés pour sa recherche, car il y aurait une contradiction d’orbite avec Saturne. Suite

 

ondes         Merci Mr Einstein de nous avoir ouvert une nouvelle porte il y a maintenant quasiment 100 ans avec votre théorie sur la relativité !!! En effet la compréhension d’une nouvelle physique et surtout de pouvoir observer notre univers encore plus loin  et d’une autre manière, vont révolutionner bien plus de choses qu’on ne le pense.

L’interféromètre Ligo (aux Etats-Unis) a bien détecté des ondes gravitationnelles sur la fusion de deux trous noirs ayant respectivement 29 et 36 masses solaires. Jusqu’à maintenant nous observions dans la lumière mais aussi ondes radio (radioastronomie) ou encore rayons-X ou infra-rouges notre Univers.

Désormais, nous allons aller dans l’extrême et de nouvelles données recueillies par la combinaison de Ligo et Virgo (interféromètre en Italie relancé en 2016) qui vont affiner l’observation de ces ondes provenant des objets visés.

Enfin, le lancement du programme satellitaire (au nombre de trois) de « eLisa » aux alentours de 2030, apportera une validation certaine depuis l’espace pour confirmer ces ondes gravitationnelles, vivement …

En attendant je ne boude pas le plaisir de vous faire partager une petite vidéo (en anglais), très pédagogique sur la courbure de l’espace-temps et de la gravité.

Suite

Le Ciel Est A Vous vient de rejoindre le SETI depuis un mois dans une collaboration originale et peu commune.

En effet l’associatiLCEAV:SETIon met ses ordinateurs à contribution afin d’examiner les « blocs » que le SETI lui attribut via le Web. En étant plus précis, les « blocs » en question, sont issus d’un découpage du ciel très précis (sous forme de grille).  L’analyse se porte sur les ondes de fréquences différentes, tout en écartant les artificielles, parasites provenant entre autres de nos satellites,  des naturelles provenant des étoiles (par exemple).

Les tâches (ou blocs) attribuées au LCEAV ne sont qu’une infime partie de celles qui sont traitées par la grande communauté qui opère déjà pour SETI@home.

Aujourd’hui nous sommes à l’aube de grandes découvertes comme les exo-planètes peut-être habitables, ou du moins la vie pourrait exister. Alors pourquoi ne pas découvrir un signal d’existence d’une autre civilisation,  comme nous l’avons fait dans les années 70 avec la sonde Voyager, portant le nôtre actuellement aux confins de notre système solaire.

SETI@home est une expérience scientifique en radio-astronomie exploitant la puissance inutilisée de millions d’ordinateurs connectés via Internet dans un projet de recherche d’une Intelligence Extra-Terrestre (Search for Extra-Terrestrial Intelligence, alias SETI).

Suite

Retour en force de l’agence Européenne spatiale (ESA) avec la collaboration des Russes en deux étapes !!!

- 1ère étape, mise en place de l’orbiteur pour renifler avec précision l’atmosphère de Mars, en 2016

- 2ème étape, arrivée du rover avec une possibilité de forer jusqu’à 2 mètres de profondeur pour recueillir et analyser des échantillons, en 2018

Affaire à suivre, mais regardez plutôt la vidéo…

quadrantides-etoiles-filantes-2016-meteores-2-768x576Après la comète Catalina, pas de repos pour les observateurs et amoureux du ciel nocturne, voici une pluie d’étoiles filantes bien fournie, j’ai nommé les Quadrantides.Provenant du passage de notre belle planète dans le nuage de résidus de poussières de la comète 2003EH1, plus de 200 météores à l’heure sont annoncés.Même si les Quadrantides ont été découvertes en 1825, la comète quand à elle, ne le fût qu’en 2003.

En se tournant vers l’Est, le meilleur moment devrait se situer aux alentours de 19/20h pour le plus gros pic, à condition bien sûr que la météo nous soit favorable… De plus elles seront présentes jusqu’au 12 janvier. Alors comme nous sommes encore dans l’époque des vœux, n’hésitez pas d’en faire plusieurs…

Astronomiquement vôtre

© LCEAV